Dessiner nos vies

Posted On:06.29.2017
Posted by OliOne
Cookiz :

Nous on veut dessiner nos vies
Mais ils en ont déjà tracé les contours
Si tout ça est écrit
Alors je prendrais ma gomme et j’effacerais mon parcours

Cookiz :
Et si tu veux mon avis le destin non n’existe pas
Tu es seul à décider d’où te guident tes pas
Choisis ta route et puis assume tes choix
Non ta vie ne leur appartiendra pas
Ma vie n’est pas tracée, elle n’est pas prédéfinie
Elle n’est pas dans le passé je la dessine aujourd’hui
J’vais pas gratter des billets pour gagner à la loterie
J’attendrai pas que Babylone non ou ne ? m’ai choisi
Ce qui est fait est fait, le futur n’existe pas
Tu scrutes l’horizon mais la vie est devant toi
Ton nom et ta famille tu ne les choisis pas
Mais tu peux déjouer les plans qu’on a faits pour toi
Stoneman :
Si dans ton cas, y’a pas beaucoup de couleurs
Prends des Poscas et colorie l’intérieur
Un monde gris comme une fumée d’usine.
Mais le gris du crayon m’apaise quand je dessine.
Tu peux gommer la vie que tu m’as tracée.
Tu peux jeter la vie que tu m’as planifiée.
Moi je n’ai pas envie de me faire exploiter.
Je ne veux pas subir leur autorité.
Ma vie je la mène et je l’inventerai.
Ma voie je la graphe et je la taguerai.
On m’a souvent dit que j’étais mauvais.
Ils n’avaient pas compris qu’il ne faut jamais me forcer.
La vie est plus marrante dans un dessin animé.
Vis le moment présent c’est la solution, j’ai vérifié.
Il n’y a pas de soucis, pas de problème à dessiner.
Conscient, finalement je m’aperçois de la beauté.
Cookiz :
Tu crois manquer d’alternative mais c’est faux
C’est vrai qu’on est formatés de l’école au boulot
La vie se construit pièce par pièce comme des Légos
Mais tout le monde n’a pas reçu les mêmes blocs en cadeau
N’attends pas dans la file en tirant ton numéro
Regarde vers le ciel essaie de viser plus haut
J’ai toujours cru en l’amour et la liberté
Mais c’est le contraire que l’on m’a montré
Avec mes valeurs de fils d’ouvrier
Ce que tu veux avoir tu dois le mériter
On est tous capable de décrocher la lune
Et de la partager puisqu’il n’y en a qu’une
On a tous des faiblesses et des lacunes
Mais des personnes inutiles il n’y en a aucune
Parfois j’ai l’impression d’être en bas de l’échelle
Je me sens cloué au sol et je fixe le ciel
Je prends mon pinceau et mon aquarelle
Et me dessine les contours d’une vie plus belle